Haut
Gauche Centre Centre Centre Centre Centre Centre Centre Centre Droit
Bas

LA LACTATION : « comment ça marche »

 

La lactation et l’allaitement sont deux choses différentes.

La lactation est une fonction biologique, très élaborée, dont les biologistes n’ont pas encore découvert toutes les subtilités. C’est la toute dernière fonction biologique apparue au cours de l’évolution de la vie sur terre. On peut donc penser qu’elle apporte un plus pour ceux qui en sont pourvus. Ce n’est pas une fonction uniquement nourricière, mais aussi immunitaire, d’attachement, et d’autres à découvrir.
L’homme ne se différencie des autres mammifères que par l’augmentation de son volume cérébral (en fait le nombre de ses neurones et de ses connexions neuronales)

L’allaitement est un comportement. Il se superpose à la lactation. Par contre, quand l’espèce humaine a imaginé (on ne sait trop quand) nourrir ses petits avec un autre nutriment que le lait maternel, le comportement de nourrissage s’est écarté de la fonction biologique préexistante.




 LA GLANDE MAMMAIRE PENDANT L’ALLAITEMENT – APPLICATIONS PRATIQUES


* L’unité de base de la glande mammaire est l’alvéole ou acinus (acini au pluriel).

L’alvéole mammaire est une sorte de poche dont la paroi est faite de cellules hautement spécialisées. Ces cellules  ont deux pôles (extrémités) différenciés, l’un en contact avec un fin vaisseau sanguin, l’autre avec l’intérieur de l’alvéole, plus ou moins rempli de lait.
(Le lait est fabriqué à partir du sang, et ne peut donc contenir des germes que si votre sang en contient, ce qui n’est le cas que si vous avez une septicémie…donc allaiter en cas de grippe, rhume, gastro-entérites n’est pas dangereux, voire bénéfique car vous transmettez des anticorps)


La fabrication du lait se fait en CONTINU, en effet la circulation sanguine autour des alvéoles ne s’arrête jamais…(Les seins ne sont jamais « vides ») Par contre le flux sanguin est variable, et les sensations de tension mammaire sont le reflet d'une congestion sanguine plus que lactée, également de la tension des fibres musculaires.

 
On estime qu’il faut environ « traiter » 500l de sang pour faire 1 l de lait.

Cette fabrication est très complexe, il ne s’agit pas d’un simple filtrage. Certaines molécules sont synthétisées dans les cellules qui constituent l'alvéole..

Quand l’alvéole est pleine, la sécrétion de lait s’y arrête par différents mécanismes de contrôle.(La glande ne peut pas "trop" produire).

On peut donc dire que les seins stockent du lait. Des mesures par modélisation numérisée ont montré que chaque sein possède sa propre capacité de stockage .C'est une capacité génétiquement déterminée, on ne peut pas l'influencer. Elle varie de 80 à 600ml...

Les mamans ayant de petites capacités de stockage devront allaiter plus fréquemment, par contre elles seront moins à risque d'engorgement. Pendant le premier mois (phase de calibrage), bébé va progressivement adapter son comportement au sein en fonction (entre autres) de cette capacité. Ceci à condition que rien n'interfère dans ce comportement, c'est à dire aucune règle de fréquence ou de durée...aucun ajout de complémént (sauf médicalement justifié)


Chaque alvéole est à la fois indépendante par des sécrétions hormonales locales et faisant partie de l’ensemble car recevant les mêmes stimulations par voie sanguine.

La sécrétion de lait reprend au fur et à mesure que l’alvéole se vide. Elle sera d’autant plus abondante que la glande aura été bien drainée (essorée).

La vitesse de synthèse du lait est inversement proportionnelle au degré de remplissage....pour cahque alvéole.


  Loi de l’offre et de la demande…plus bébé tête, plus il y a de lait. Sans doute un bébé qui demande souvent prépare-t-il la production future…


Quand il n’y a pas un bon drainage de l’alvéole, les cellules souffrent, il se produit un œdème autour…c’est l’engorgement…donc la première solution dans ce cas est de vider doucement les alvéoles… surtout pas de restreindre les apports en eau ...


Intérieur de l'alvéole



* Chaque alvéole a un canal excréteur, ces canaux se rejoignent pour donner les canaux galactophores ou lactifères. Ces canaux ont un rôle de transport.

Il n'y a que 9 canaux lactifères par sein en moyenne dans l'espèce humaine.

Ces canaux sont étroits et tortueux dans le sein.

Cela peut aussi expliquer le fait qu'ils se bouchent facilement.

On a pu mettre en évidence des globules de graisses dans les canaux, à progression lente.
Cela explique que les petites molécules (eau, sucres) « arrivent » plus vite que les graisses et donc que le lait de fin de tétée soit plus riche en graisses. On devrait même parler de lait de fin d’alvéole…

Les canaux se rejoignent au niveau du mamelon et se terminent par des pores.

Il y a du tissu alvéolaire jusque sous l’aréole.(Importance en cas de chirurgie mammaire)

•    Chaque alvéole est entourée par des fibres musculaires, constituées de cellules myoépithéliales, qui sont sous dépendance d’une hormone, l’ocytocine. En se contractant, ces fibres expulsent le lait de l’alvéole. (c’est le « réflexe d’éjection »).

( voir aussi réflexe d'éjection fort (REF) dans Comportements déroutants de bébé au sein )

 

Extérieur de l'alvéole

 

 

Cliquer ici pour nous contacter.

Page mise à jour le 18/06/2014

visites depuis le 01/01/2007