humour

Allaiter et travailler ?
Oui c'est possible !

 

Contrairement à l’idée couramment admise,

reprise du travail ne rime pas avec sevrage de bébé.

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à poursuivre cette relation lactée, après la reprise du travail et elles ne sont ni marginales, ni des fanatiques de l’allaitement, ou des “ superwomen ”. Simplement elles souhaitent poursuivre ce lien fort d’affection et de tendresse, et protéger encore la santé de leur enfant.

L’allaitement est très profitable à la mère et son enfant, quelque soit son âge.

C’est un choix qui vous appartient.

Alors comment font-elles ?

Tout d’abord, sachez que c’est possible, moyennant un peu de soutien et d’organisation !

Comment s’y prendre ?

Si vous en avez la possibilité, repoussez le plus possible, la reprise du travail. Vous pouvez cumuler congé de maternité et congés annuels ou prendre un congé parental (possible dès le 1er enfant). Sachez aussi que vers 4 mois les seins s’adaptent plus facilement à une demande irrégulière.

Allaitez complètement (toujours à la demande de bébé) jusqu’à la reprise du travail.

Beaucoup de mamans s’entendent dire qu’il faut commencer à introduire des biberons en vue d’habituer bébé. Ceci n’est pas nécessaire, d’ailleurs votre bébé risque de ne pas comprendre ce geste de votre part.

Votre bébé acceptera mieux votre lait de la main de la personne le gardant, il en comprendra alors la nécessité et l’utilité.

Sachez que cela peut mettre quelques jours avant que bébé n’accepte la situation. Laissez lui le temps de s’adapter et allez à son rythme.

Après la reprise du travail, allaitez votre bébé à la demande, chaque fois que cela est possible : soirées, nuits, week end, congés ...

N’ayez crainte de perturber le rythme de votre enfant : les bébés savent très bien faire la différence entre “ maman est là ” et “ maman est au travail ”.

Ces tétées seront très bénéfiques à votre bébé et à l’entretien de votre lactation.

Ainsi, même s’il a l’habitude d’une compote au goûter, avec la personne le gardant, privilégiez la tétée lorsque vous êtes là.

Certains bébés tétant moins la journée se “ rattrapent ” en votre présence. Profitez en, c’est très profitable à vous et votre bébé. De plus il est moins contraignant, au retour du travail, de se plonger avec bébé dans le canapé, que de préparer son repas (et celui de la famille).

Pour les tétées nocturnes, il est possible, dans certaines conditions, de partager le sommeil de son enfant, afin de vous éviter toute fatigue. Voir notre Foire aux Questions.

Si vous souhaitez que votre bébé puisse profiter de votre lait en votre absence (cela lui est très profitable quelque soit son âge), vous pouvez commencer (quelques semaines avant la reprise) à faire quelques réserves de lait maternel, à mettre au congélateur, à l’aide d’un bon tire-lait.

Au début, on ne tire pas grand-chose, c’est normal, il faut un peu de temps et d’expérience pour “ apprivoiser ” le tire-lait. N’hésitez pas à nous contacter en cas de difficulté.

Il est important de se munir d’un bon tire-lait (électrique ou manuel). On peut en acheter ou en louer en pharmacie sur ordonnance. Certaines mamans apprécieront un tire-lait électrique double pompage qui permet un gain de temps et une meilleure stimulation. Voir notre comparatif de tire-lait manuels. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

Cette réserve étant faite, mieux vaut par la suite donner du lait frais. Il se garde jusque 8 jours au réfrigérateur. En effet, la congélation détruit certaines des propriétés du lait.

Parlez de votre projet d’allaitement avec la personne ou la structure qui va garder votre bébé.

Celle-ci doit se sentir à l’aise avec cette idée, et sa coopération est essentielle. Les collectivités n’ont aucune raison valable de refuser votre lait.

Un exemple : les crèches de la ville de Paris

Si vous en avez la possibilité, et que vos journées sont longues, il est préférable de tirer son lait sur le lieu de travail. Ceci permet d’entretenir une lactation suffisante et de faire des réserves pour donner à la nourrice ou la crèche. De plus cela permet de minimiser les engorgements et “ fuites ” de lait.

La législation a prévu une “ heure d’allaitement ” à cet effet. consultez notre dossier sur la législation et renseignez vous auprès de votre employeur. Il existe des tire-lait, discrets et peu encombrants qu’il est facile d’utiliser (voir notre comparatif).

On doit vous permettre la première “ tétée retrouvailles ” sur le lieu de garde. Elle est très profitable à votre bébé et vous-même.

Comment donner le lait ?

Les techniques de succion au sein et au biberon sont très différentes : au biberon, ça coule tout seul, tandis qu’au sein, bébé est actif pour faire venir le lait. Pour cette raison, des bébés ayant reçu un seul biberon peuvent être perturbés et ne plus savoir téter (ils pincent le sein, le refusent ou s’énervent ...). Ce risque de confusion sein/tétine est maximum pendant les 6 premières semaines de bébé, mais perdure au-delà. Cela dépend des bébés.

Pour l’éviter, il est préférable de ne pas utiliser de biberon.

Avant 4 mois, on peut utiliser une seringue (sans aiguille), une pipette (comme celle des médicaments), une cuillère, une tasse à bec souple, ou encore la Soft cup de Medela (sorte de biberon cuillère ). Quand l’enfant grandit, on peut lui proposer la tasse anti-fuite à bec rigide, ou directement le verre ou la tasse.

Comment le réchauffer ?

Evitez le four à micro onde qui dénature certains composants du lait. L'AFSSA proscrit son utilisation dans un récent rapport, ainsi que la Haute Autorité de Santé. Cela est valable pour les biberons de lait maternel ou de lait industriel. Le lait maternel n’a pas besoin d’être beaucoup chauffé. Vous pouvez utiliser un bain marie, un chauffe biberon (réglé au minimum), ou tout simplement le filet d’eau chaude du robinet. Voir ci-dessous la publication de la HAS.

Une ration entamée et non finie peut être remise au frigo et donnée plus tard dans la journée.

Ressources

« Allaitement maternel à la crêche », un document édité par la Marie de Paris (PDF, 1Mo).

La Haute Autorité de Santé a édité en juin 2006 le document « Favoriser l'allaitement maternel  » (55 pages) dont vous trouverez un extrait ici .

Allaiter et travailler ?mamantrav
Vos questions

Est-il nécessaire de stériliser le matériel (tire-lait, récipients) en contact avec mon lait ?

Non, pas besoin. Un récent rapport de l’AFSSA, ainsi que de la HAS (voir un extrait), précise que c’est inutile pour un bébé né à terme et en bonne santé (et pour un usage domestique).

Toutefois, certaines mesures d’hygiène doivent être appliquées :

Quels récipients utiliser pour congeler mon lait ? Verre ou plastique ?

Le verre serait le mieux, suivi du plastique, mais n’importe quel récipient propre (facile à nettoyer et pouvant fermer hermétiquement) à usage alimentaire peut faire l’affaire.

Vous pouvez utiliser des biberons, ou recycler des petites bouteilles en verre de jus de fruits, ou des sachets conçus à cet usage ou encore des bouteilles d’eau minérale (sous réserve que personne n’y ait bu au goulot).

Le mieux est de congeler de petites quantités (de 60 à 120 ml) pour éviter le gaspillage. Certaines mamans apprécieront de congeler une partie du lait dans des bacs à glaçons, avant de le transvaser dans des sachets congélation. Un petit glaçon de lait est vite décongelé pour la personne gardant bébé et cela permet de mieux ajuster la quantité à la faim de bébé.

N’oubliez pas qu’il vaut mieux donner du lait frais à votre bébé (tiré les jours précédents et gardé au réfrigérateur) et gardez les réserves au cas où.

Certaines mamans ont remarqué que le lait décongelé pouvait présenter une odeur désagréable (odeur de savon, parfois même de vomi). Cette odeur (qui n’est pas forcément désagréable pour bébé) est due aux lipases du lait maternel, et ne présente aucun inconvénient pour votre bébé, tant qu’il l’accepte.

Quand tirer mon lait ?

Quand vous avez le temps ! C’est peut-être plus facile le matin, car on a plus de lait.

Certaines mamans préfèrent tirer après une tétée, d’autres juste avant ou bien à distance des tétées. Une autre possibilité est de tirer son lait à un sein, pendant que bébé tète à l’autre. Cette double stimulation se révèle souvent très efficace pour tirer davantage. Pour cela un petit tire-lait manuel (comme le Avent ou le Mamivac) est plus pratique, ainsi que quelques coussins pour caler bébé. C’est à vous de voir ce qui vous convient le mieux.

Je ne tire pas beaucoup, cela m’angoisse.

Il est normal de n’obtenir que de petites quantités au début. La stimulation du tire-lait n’est pas la même que celle de votre bébé. Persévérez, le temps d’apprivoiser le tire-lait. Vous pouvez aussi essayer l’expression manuelle (voir doc) si cela vous convient mieux. Une période d’adaptation est souvent nécessaire. Le réflexe d’éjection peut mettre du temps à venir, détendez vous, pensez à votre bébé et ne vous focalisez pas sur la quantité que vous tirez.

Vous pouvez, en même temps, regarder un bon film, ou écoutez de la musique ... N’oubliez pas que vous tirez en plus des tétées et que lorsque vous aurez repris le travail, vous allez tirer à la place des tétées (et donc vous aurez plus).

Comment déterminer la quantité à donner ?

C’est très variable d’un bébé à l’autre (certains attendront que maman rentre pour vraiment se nourrir), d’une situation à l’autre. Pour se faire une “ idée ”, on peut faire le calcul suivant : prendre le dixième du poids de bébé, y ajouter 200g, puis répartir par le nombre de prises alimentaires de la journée.

La personne qui va garder votre bébé, va peut être tâtonner au début, puis saura comment "nourrir" votre bébé. Il y aura un temps d'adaptation pour elle et votre bébé.

C'est plus simple à gérer si vous avez quelques réserves de lait au congélateur (ça rassure).

Ensuite, mieux vaut donner du lait frais (se garde 8 jours au réfrigérateur jusqu'à 4°C).

On m’a dit que j’allais être fatiguée par cet allaitement.

C’est la crainte de l’entourage qui ne manque pas de l’évoquer.

Certes, ce choix d’allaiter demande de l’organisation, mais rares sont les mamans le regrettant, elles préfèrent évoquer le bonheur des “ tétées retrouvailles ” et de la poursuite de ce lien lacté apportant tendresse et réconfort. Et puis vous protégez la santé de votre bébé, évitant la fatigue des maladies à gérer.

Quel tire-lait utiliser ?

Celui qui vous convient ! Pour vous donner une idée, voir notre comparatif.

On peut acheter un tire-lait manuel, pratique, peu encombrant, et assurant une bonne stimulation :

Avec une ordonnance, on peut louer, en pharmacie, un tire-lait électrique (certaines mutuelles prennent en charge la part restante de la sécurité sociale).

Pour un double pompage (à préciser sur l’ordonnance), Ameda (distribué par Almafil) et Medela en proposent en pharmacie ou dans des magasins de matériel médical. N’hésitez pas à rendre le tire-lait, s’il ne vous convient pas et à changer de loueur. Certaines pharmacies proposent encore de vieux appareils peu adaptés. Le tire-lait, doit être confortable, et ne doit pas vous faire mal, et vous devez pouvoir le régler.

email : contact@allaitement-informations.org